Cette fois, c’est parti. Jusqu’ici, à gauche, tout était trop flou - ou gazeux, comme certains se plaisent à dire. Face à cette armée de potentiels candidats, dont quasiment aucun de déclaré à presque un an de l’échéance, personne n’y voyait clair.